La grossesse précieuse et son stress

Christian.Rempp


Résumé :
La grossesse est dite précieuse lorsqu’il a fallu beaucoup de temps et d’assistance médicale pour la mettre en route. La fréquence des complications, supérieures à celle des grossesses naturellement induites, pose question. La MTC propose sa vision de ces grossesses et de leur suivi. Pour diverses raisons, les grossesses précieuses sont marquées par le stress : les causes de leur difficulté à mise en route, les circonstances de leur déclenchement, la surveillance étroite qui les accompagne, ajoutent leur effet de stress à l’investissement émotionnel important. Traiter ce stress par acupuncture nécessite la prise en compte de ces différents aspects.


Mots clés : grossesse, procréation médicalement assistée, stress, anxiété

Introduction :

La grossesse n’est pas un processus toujours évident. Les Centres d’Aide Médicale à la Procréation en sont les témoins. Et leur activité s’intensifie d’année en année. Lorsqu’une grossesse est mise en route après un important investissement médical (le mot « investissement » dans tous ses sens, aussi bien pour l’équipe médicale que pour les parents, aussi bien pécuniairement qu’émotionnellement), cette grossesse bénéficie de l’appellation « précieuse », là aussi dans tous les sens du terme.
Il est habituel de constater que ces grossesses précieuses sont particulièrement enclines à développer toutes les complications d’une grossesse. Pour diverses raisons, le stress est prédominant, et sa prise en charge s’impose en tenant compte des circonstances particulières et spécifiques.


L’habituel :

Toute grossesse s’accompagne de multiples motifs d’anxiété et de stress.

Les motifs liés à l’enfant :
Sera-t-il beau ? Sera-t-il « normal » ? Sera-t-il intelligent ? D’autres motifs peuvent s’y ajouter tels que la difficulté de l’accord sur le choix d’un prénom.
Les motifs liés à la grossesse :
L’inquiétude face à une prise de poids, à une insomnie, à la gêne due à la position de l’enfant, aux contrôles médicaux à subir,
Les motifs liés au contexte :
La future mère s’inquiète. Elle s'inquiète de la situation familiale, de la manière dont l'enfant va être accepté dans le foyer, du rôle du père, de la famille, des répercussions sur l'organisation matérielle de la maisonnée, de la manière dont elle va organiser son travail.
Les motifs liés à la mère :
A la préoccupation de savoir si elle sera une bonne mère, s'ajoute progressivement l'appréhension de l'accouchement. Certaines femmes ont beaucoup de difficultés à réaliser qu'elles sont mères, ou qu'elles vont l'être, et reconnaissent mal leur grossesse. Cela peut, par exemple, les prédisposer à la menace d'accouchement prématuré. D’autres redoutent les modifications de leur féminité, ou doivent l’affronter pour la première fois. Certaines vivent dans la conviction de leur incapacité à réussir quoi que ce soit, persuadée d’être d’éternelles perdantes, et mettent leur grossesse en péril.

Tous ces motifs de stress sont des motifs habituels, courants. Mais dans le cas des grossesses précieuses, s'ajoutent d'autres éléments de stress.

Et le particulier :

Dans la grande majorité des circonstances, l'infertilité est liée à un vide de l'énergie des Reins.
Il faudra tenir compte de ce vide du Rein, tout au long de la grossesse, et pour tout type de traitements à effectuer. Car cette insuffisance du Rein va favoriser la plupart des complications de la grossesse : nausées et vomissements, lombalgies, menace d'accouchement prématuré, insomnies, oedèmes, dystocies, épuisement du post-partum.
Or ce vide du Rein facilite aussi l'anxiété, l'état de stress, par la fragilisation de la personnalité et de son comportement par rapport au monde extérieur.

Traitement :

Le traitement habituel du stress de la grossesse
Il peut se résumer par quelques points essentiels.
Dans le cas d'une grossesse précieuse, il faudra traiter le stress en renforçant les reins, et ce par différents moyens :
-- par l'organe Rein
-- par le méridien du Rein
-- par les points mu du Rein
Il ne faudra pas oublier le rôle primordial du méridien du Rein dans la bonne tenue de la grossesse.
Il ne faut pas oublier non plus le rôle de la peur et de la contrainte, du Rein et du Foie. Par les contraintes et les épreuves de l’aide médicale : contrainte de planning, de prises de médicaments, de prélèvements à supporter, de successions d’espoirs et de déceptions ; combien de couples en ressortent fragilisés, ou renforcés ! Combien de personnalités en reviennent fragmentées, abîmées, rarement épanouies. L’enfant, souvent, se paie cher. Sans compter les problèmes éthiques qui en dérivent : grossesse multiple, trop multiple, imposant une destruction embryonnaire ; ou préoccupation quant à l’avenir d’éventuels embryons congelés résiduels…
D’autres étiologies sont possibles, facilitatrices du stress : l’atteinte du Foie, les troubles du Sang, parfois avec divagation du shen, les atteintes de Cœur ou de Maître du Cœur, les atteintes d’entraille curieuse Utérus, ou même des atteintes par les Glaires.

Mais notre rôle ne se limite pas à ce traitement curatif. Car nous nous devons d'être avant tout préventifs.

Le traitement préventif
Ce traitement tient compte surtout de cette faiblesse du Rein ou des autres faiblesses à l’origine de l’infécondité. Chaque intervention devra en tenir compte. Afin de réduire ou prévenir toute complication éventuelle liée à la perturbation originelle.
Et ceci doit chercher à tout prévenir, y compris la complication la plus commune aux grossesses précieuses : le stress. Dès qu’une grossesse précieuse est en route, dès le départ, son stress spécifique doit être combattu, corrigé, neutralisé. Car il est à lui tout seul facteur aggravant majeur, épuisant le Rein, et aggravant le cycle infernal des complications et des échecs.

Les détails et les points seront développés pendant l’exposé oral.

Conclusions :

La grossesse précieuse est prédisposée, de par sa nature, aux complications, en particulier toutes celles liées à l’insuffisance du Rein. L’anxiété et l’appréhension sont en elle-même une des conséquences de ce déséquilibre. Les conditions de mise en route et d’évolution d’une grossesse précieuse ne font que les aggraver. Le stress est donc une composante majeure et fréquente de ces grossesses. Il faudra non seulement le traiter, mais encore le prendre en charge préventivement dès les premières tentatives d’aide médicale à la procréation.